Deux libellules se posent à Saint-Martin-d’Hères

La Ville de Saint-Martin-d’Hères a obtenu, le 17 octobre dernier, au Ministère de la Transition écologique et solidaire son label Ville-nature 2017, du concours national « Capitale de la Biodiversité ». Un prix récompensant l’intégration de la biodiversité dans les projets d’aménagement et de rénovation. Christophe Bresson, conseiller délégué – eau, énergie, environnement et restauration municipale avait fait le déplacement pour représenter le maire et la ville.

Cet événement, co-organisé par l’Agence française pour la biodiversité, Plante & Cité et Natureparif, avait pour fil rouge « Aménager, rénover et bâtir en faveur de la biodiversité ». Les candidatures déposées devaient donc inclure l’importance de l’intégration de la biodiversité dans les projets d’aménagement et de rénovation, montrer le rôle des collectivités pour assurer la préservation et la restauration des fonctions écologiques.

Aménager le territoire, en préservant la biodiversité

Une belle récompense pour la ville de Saint-Martin-d’Hères, qui avait mis l’accent sur son Plan local d’urbanisme communal, en valorisant les différentes actions mises en place dans la gestion des espaces publics paysagers et dans les modes de constructions : toitures végétalisées, gestions des eaux pluviales, plantations d’arbres, mise en place d’essences locales, zéro pesticides, un futur écoquartier en construction… Autre atout pour la ville : la protection et la préservation de la colline du Murier, dans une métropole à forte pression urbaine. La surface moyenne d’espaces verts publics par habitant qui s’élève à 91 m2 à Saint-Martin-d’Hères, contre 48 m2 en moyenne dans les grandes villes, a montré l’importance du végétal dans la commune.

L’engagement citoyen, en faveur de l’environnement

Un label qui souligne aussi les actions menées par les habitants dans des démarches de développement durable. La ville, accompagnant les initiatives citoyennes, a permis la mise en place de 230 jardins familiaux, 2 ruchers (plus un en projet), l’instauration du jardinage au naturel dans les écoles et les maisons de quartiers, une ferme intercommunale…