Étape n° 15 – Pré Ruffier

Pipistrelle, sérotine, noctule, vespère ou molosse : connaissez-vous ces demoiselles nocturnes ?

Elles virevoltent dans la nuit, nul besoin d’éclairage, leur radar auditif leur permet de s’écho-localiser ! Ces chiroptères dont le nom scientifique signifie « qui volent avec ses mains » (chiro= main ; ptère = aile) ont des doigts très allongés reliés par une fine membrane de peau qui permet le vol. Fabuleux insectivores volants, les chauve-souris ne sont pas chauves, ne sont pas des rongeurs, mais des mammifères à poils, qui allaitent leurs petits. Elles ne donnent naissance qu’à un seul petit par an. Elles ne peuvent donc pas « pulluler » comme certains rongeurs, de plus elles régulent les populations d’insectes. Une chauve-souris peut chasser jusqu’à 3000 insectes par nuit !

Nichoir Chauve souris

Nichoir oiseaux insectivores

Le savez-vous ?

En France, il existe 34 espèces de chauve-souris, qui représentent le tiers des mammifères non marins !

Un grillage se cache là, mais il faut le deviner sous les lianes, les arbustes et les ronces. Celles-ci s’installent sans être invitées grâce aux graines transportées par les oiseaux, les renards, les blaireaux, les muscardins et bien d’autres encore. Les tiges de la Ronce commune partent à la conquête de l’espace et gagnent deux ou trois mètres en une saison !

Elles s’implantent dans le sol pour former un nouveau pied par marcottage, qui au printemps suivant rejettera six à dix nouvelles tiges, qui, elles-mêmes s’allongeront démesurément pour coloniser de nouveaux terrains. Ainsi un roncier peut rapidement s’installer, doubler sa surface de recouvrement. Est-ce pour cela que tout un chacun les coupe, les arrache dès qu’elles apparaissent ? Néanmoins, c’est oublier toutes ses qualités.

Dans la ronce, tout est bon :

  • Les feuilles en infusion soignent les maux de gorge.
  • Les tiges fournissent des liens solides et permettent de ligaturer, tuteurer, vignes, tomates, etc. Elles sont également utilisées pour la vannerie en spirale pour confectionner des « paillassous » de toutes sortes : bannetons (destinés à recevoir le pain qui lève), corbeilles, ruches, chapeaux…
  • Les fruits, est-ce nécessaire de le préciser, se dégustent tels quels, en confitures, tartes, mousses, charlottes et peuvent se transformer également en liqueurs, sirops ou crème de mûres.
  • Les racines ameublissent les sols les plus compacts en brisant les mottes.

Ces ronces qui piquent, s’agrippent aux vêtements, gagnent du terrain tous les ans, sont aussi la promesse de récoltes de mûres, des abris pour toute une petite faune, nourricières, et même protectrices des jeunes pousses d’arbres et arbustes. Peu engageantes au premier abord, les ronces participent au maintien de la biodiversité !

Le savez-vous ?

La mûre est le fruit de la Ronce commune (Rubus fruticosus L.), ou « mûrier des haies ». Le Mûrier noir (Morus nigra) et le Mûrier blanc (Morus alba ) sont des arbres cultivés depuis l’antiquité, aux fruits sucrés peu recherchés aujourd’hui, mais dont les feuilles servaient autrefois en particulier pour l’élevage des vers à soie.

Jeux pour enfants en 1 clic

Infos sport

Rouler à vélo en écoutant de la musique, c’est : Pour changer de direction en vélo, à quel moment je dois tendre le bras ?

EXERCICE : Signaler un changement de direction

► Possible avec des écouteurs car on ne dérange personne.

► Bien car entraînant dans les montées.

Dangereux car on n’entend pas les autres usagers.

► Après avoir klaxonné pour prévenir.

► Après avoir contrôlé que je pouvais le faire sans danger.

► Après avoir marqué l’arrêt.

Prends un peu de vitesse et entraînes toi à lâcher une des 2 mains du guidon tout en gardant le regard bien droit devant toi. 

La première fois, garde la main à proximité du guidon. Si tu es à l’aise, tourne le bras droit à droite, ou le bras gauche à gauche et garde la position quelques secondes.

Pour te préparer à signaler un changement de direction en toute sécurité, tu dois à présent regarder derrière toi avant de tendre le bras. Pour cela, entraîne-toi aux exercices suivants :

– regarde en arrière en tenant le guidon avec les 2 mains

– regarde en arrière en tenant le guidon de la main droite

– regarde en arrière en tenant le guidon de la main gauche

Infos Patrimoine

L’ensemble architectural et urbain Renaudie (450 logements) portait l’ambition de devenir le véritable cœur urbain de la ville de SMH (le terme « centre-ville » est d’ailleurs encore usité de certains martinérois pour nommer le quartier !), directement connecté à ce que l’on appelle encore « l’échangeur Centre », qui permet d’accéder à la rocade sud.

Le nom du quartier est tiré de son architecte Jean Renaudie, qui a co-créé cet ensemble avec Renée Gailhoustet, également architecte. Cet ensemble date de 1987, et se compose en grande partie de logements collectifs, avec une architecture « en étoile », comportant de nombreuses et généreuses terrasses. C’est le mélange simple de deux éléments bruts : le ciment et le végétal. L’architecte Jean Renaudie souhaitait, sur le même modèle des cités de Givors et du centre ville d’Ivry-sur-Seine, renouveler l’image du logement social, et redonner du sens à l’habiter et le vivre ensemble en logement collectif.

C’est également un lieu où la voiture est invisible, reléguée aux marges du quartier, ou dans des parkings en ouvrages. De fait, c’est un quartier majoritairement piéton, ponctué de lieux publics, de venelles, d’impasses, de grandes terrasses publiques. De très nombreuses cellules commerciales, ainsi que des équipements de proximité (crèche, école,…) ponctuent cet ensemble habité : c’est l’idée d’une forte mixité fonctionnelle. La ville haute (sur dalles végétalisées) accueille une majorité de logements, tandis que la ville basse est plus mixte, l’ensemble des commerces étant adressés sur l’avenue du 8 mai, principal axe circulé du quartier.