LA GUERRE SANS NOM

À l’occasion de la commémoration du 60e anniversaire du Cessez-le-feu en Algérie, Mon Ciné projettera le documentaire de Bertrand Tavernier et Patrick Rotman La guerre sans nom le dimanche 27 mars. Un film réalisé il y a trente ans, dans lequel « ceux qui n’ont jamais parlé racontent. »

C’est un rendez-vous avec l’Histoire. Dimanche 27 mars à 14 h, Mon Ciné projettera La guerre sans nom, le documentaire de Bertrand Tavernier et Patrick Rotman réalisé en 1992. Le film donne la parole à d’anciens appelés qui ont vécu la guerre d’Algérie. Mais pas seulement. À l’issue de la projection, des témoins du film ainsi que des membres de l’association SMH histoire – mémoire vive échangeront avec le public.

Les appelés d’Algérie de la région grenobloise témoignent

Entre 1954 et 1962, près de trois millions de jeunes Français ont fait une guerre qui ne voulait pas dire son nom : la guerre d’Algérie. Trente ans après, ceux qui n’ont jamais parlé ont été invités à s’exprimer, souvent pour la première fois, devant la caméra de Bertrand Tavernier et Patrick Rotman. Plus de quarante témoins ont ainsi été interrogés, tous de la région de Grenoble, où se déroula le 18 mai 1956 une violente manifestation contre l’envoi des appelés vers l’Algérie. La protestation a tourné à l’émeute, faisant une centaine de blessés lors d’affrontements avec les forces de l’ordre du côté de la gare.
Dans La guerre sans nom, ceux qui sont finalement partis relatent leurs souvenirs et leur douloureuse expérience. La vie quotidienne, l’éloignement, les tortures, la mort frappant des deux côtés et puis le retour en France. « Les uns ont manifesté leur dégoût devant cette “opération de maintien de l’ordre” qu’on exigeait d’eux. Les autres ont embarqué vers une sorte d’aventure, la fleur au fusil, ou presque. Au bout du fusil, sur l’autre rive de la Méditerranée, il y avait la guerre. Une vraie guerre avec des vraies peurs et de vrais morts, de vraies lâchetés et de vrais courages, de vraies tortures et de vrais héroïsmes. Et, par là-dessus, un silence hypocrite. Un silence qui dure. (…) Tous ont vécu cette bataille sans issue comme une déchirure absolue, définitive et imprononcée. » Un documentaire instructif, passionnant et émouvant sur ces hommes, partis de gré ou de force.

La guerre sans nom, rencontre avec des témoins du film à Mon Ciné

À l’issue de la projection, des témoins du film, dont certains sont Martinérois, échangeront avec le public. Il s’agit de Grégoire Alonso, Alain Boeuf, René Donazzolo, Étienne Boulanger, Gaëtan Esposito, François Sikirdji, Chantal Manin et Juliette Puygrenier. Des membres de l’association SMH histoire – mémoire vive, partenaire de cet évènement, seront également présents à Mon Ciné pour ce rendez-vous avec l’Histoire.

60e anniversaire du Cessez-le-feu en Algérie
À Saint-Martin-d’Hères

23 ans après la reconnaissance officielle de la guerre d’Algérie par l’État français (1999), la Ville commémore le 60e anniversaire de la fin de la guerre :
samedi 19 mars à 11 h, au monument aux morts de la Galochère (avenue Jean Jaurès) : cérémonie officielle ouverte à tous ;
dimanche 27 mars à 14 h, à Mon Ciné, projection du film LA GUERRE SANS NOM de Bertrand Tavernier et Patrick Rotman. Suivie d’une rencontre avec des témoins et des spécialistes de la guerre d’Algérie.