Armes nucléaires : la Ville de Saint-Martin-d’Hères signe l’Appel des villes de l’ICAN

La Ville de Saint-Martin-d’Hères a signé aujourd’hui, mardi 1er février 2022, l’Appel des Villes de l’association ICAN*. Cette dernière est une coalition d’ONG, dont fait partie l’association Mouvement de la paix, militant pour le désarmement nucléaire. Une action qui a valu le prix Nobel de la Paix en 2017.

Il apparaît comme le grand vœu de ce début d’année du conseil municipal martinérois. En signant l’Appel des villes de l’association ICAN*, dont fait partie l’association Mouvement de la paix, le maire David Queiros et son équipe municipale soutiennent pleinement le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires (TIAN). Un acte symbolique en cohérence avec les valeurs défendues localement. « Notre ville est profondément préoccupée par la lourde menace que les armes nucléaires posent aux communautés à travers le monde. Nous sommes fermement convaincus que nos habitants ont le droit de vivre dans un monde libre de cette menace. Toute utilisation, délibérée ou accidentelle, d’arme nucléaire aurait des conséquences catastrophiques durables et à grande échelle pour la population et pour l’environnement. Par conséquent, nous soutenons le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires et appelons notre gouvernement à y adhérer. » Saint-Martin-d’Hères devient la 58e ville a ratifier l’Appel des villes de l’ICAN.

Traité sur l’Interdiction des Armes Nucléaires (TIAN) : qu’est-ce-que c’est ?

Le TIAN entend aller plus loin que le Traité de Non-Prolifération nucléaire (TNP) et le Traité sur l’interdiction complète des essais nucléaires (TICE), qui ont pour objectif la diminution du nombre d’armes nucléaires dans le monde. Aujourd’hui, le TIAN a l’ambition d’interdire leur utilisation, leur production et leur stockage.
C’est pour atteindre cet objectif que l’association Mouvement de la paix a rejoint le mouvement ICAN. Aujourd’hui, Michèle Bellemin et Jean Paul Vienne (respectivement membre et président du comité départemental) demandent à tous les chefs d’État d’arrêter de « consacrer des sommes colossales à la modernisation des armes nucléaires, (…) de geler leur programme ». Et de rappeler les mots publiés dans une déclaration commune des chefs d’États dotés de l’arme nucléaire (dont les USA, la Russie, la Grande Bretagne, la France et la Chine) : « Une guerre nucléaire ne peut être gagnée et ne doit jamais être menée… »

ICAN et le Traité sur l’Interdiction des Armes Nucléaires (TIAN) : les dates à retenir

Septembre 2006 : l’Association internationale des médecins pour la prévention de la guerre nucléaire (prix Nobel de la paix en 1985) adopte une proposition lors de son congrès biennal à Helsinki, en Finlande, pour lancer ICAN à l’échelle mondiale.
2007 : création de l’ICAN, elle compte 468 organisations partenaires dans 101 pays.
7 juillet 2017 : adopté à l’ONU avec 122 États.
2017 : l’ICAN est récompensé du prix Nobel de la Paix.
24 octobre 2020 : le seuil nécessaire des 50 signataires a été atteints, son entrée en vigueur aurait du avoir lieu le 22 janvier 2021.
22 janvier 2021 : depuis cette date, les armes nucléaires sont illégales au regard du droit international humanitaire.
1er février 2022 : la ville de Saint-Martin-d’Hères souscrit à l’Appel de l’ICAN, participant ainsi à un mouvement de soutien pour cette nouvelle norme du droit international. 58 villes françaises sont signataires, 50 étant le nombre décisif des ratifications nécessaires à l’entrée en vigueur de l’ICAN.

* Campagne internationale pour l’abolition des armes nucléaires (en anglais International Campaign to Abolish Nuclear Weapons, abrégé en ICAN) est une coalition de plusieurs ONG militant pour le désarmement nucléaire. Elle est lauréate du prix Nobel de la paix en 2017.