Fin mars, le secrétariat d’Etat à l’Egalité femmes-hommes faisait état d’une augmentation de plus de 30 % des signalements de violences conjugales en France depuis le début du confinement. Une situation dangereuse qui a déclenché la mise en place et le renforcement d’un dispositif d’alerte.

Elles pourraient être l’une des conséquences tragiques de cette crise. Les violences conjugales et intrafamiliales ont explosé depuis le début du confinement, ou du moins leur signalement. Si ce contexte est indispensable pour sortir de la pandémie de Covid-19, il est aussi un terreau dangereux pour toutes ces victimes. C’est pourquoi la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations, Marlène Schiappa, a déployé un plan pour les soutenir et les protéger pendant cette crise.

Réagir face aux violences conjugales en période de confinement

Assurer la continuité du service d’écoute aux victimes et auteurs de violences conjugales et intrafamiliales, telle est la priorité du gouvernement. Il a ainsi renforcé le dispositif d’alerte et d’écoute auquel s’ajoutent des mesures d’urgence afin de donner la possibilité à ces femmes de s’éloigner et de se protéger. Le nombre de places d’hébergement d’urgence a augmenté, les juridictions traitent ces affaires de violences conjugales en priorité, des consultations juridiques en ligne ont été mises en place. Il est même possible de signaler un fait de violence à distance, de façon anonyme, sur la plate-forme « Arrêtonslesviolences.gouv.fr« , sept jours sur sept, vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Le message est clair : « Rapprochez-vous d’un lieu de soutien, signalez ces faits à la police (17) ou à la gendarmerie et Faites constater les violences. » Car, comme le rappelle le collectif « Nous Toutes », « Il n’est pas interdit de fuir«  malgré les restrictions.

Qui contacter ?

Par téléphone

SOS violences faites aux femmes : 39 19. Du lundi au samedi, de 9 h à 19 h pour les violences conjugales.

Enfance en danger : 119. 7 j / 7 j, 24 h / 24 h.

Numéro d’urgence : 114, par alerte SMS (notamment pour les sourds et malentendants).

En ligne

Arretonslesviolences.gouv.fr, 24 h / 24 h et 7 j / 7 j.