Organisation de la concertation réglementaire

Projet de renouvellement urbain Renaudie – Champberton – La Plaine

Concertation réglementaire concernant le projet de renouvellement urbain du quartier prioritaire Renaudie – Champberton – La Plaine à Saint-Martin-d’Hères, financé dans le cadre de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) niveau régional.

Concertation du 11 décembre 2017 au 2 mars 2018.

Exposition et registre d’expression :

  • du 11 décembre 2017 au 10 février 2018 à l’Antenne GUSP, 34 avenue du 8 Mai 1945
  • du 12 février au 2 mars 2018 dans le hall de la Maison communale, 111 avenue Ambroise Croizat

Des permanences avec la cheffe de projet renouvellement urbain et la cheffe de projet Contrat de ville se dérouleront à l’Antenne GUSP 34 avenue du 8 Mai 1945 les :

  • mardi 12 décembre 2017 de 17h à 19h,
  • mardi 16 janvier 2018 de 17h à 19h,
  • jeudi 8 février 2018 de 17h à 19h

Une réunion publique aura lieu le mercredi 31 janvier 2018 à 18h à la Maison de quartier Aragon, en présence David Queiros, maire de Saint-Martin-d’Hères, Houriya Zitouni, adjointe en charge de la politique de la ville et Brahim Cheraa, adjoint à l’habitat, au patrimoine et à la sécurité des bâtiments.

Site de la Métro : https://participation.lametro.fr/

Dans le cadre d’un premier programme national de rénovation urbaine (2005-2015), de nombreux investissements ont été réalisés pour transformer durablement les quartiers les plus fragilisés de la Métropole grenobloise.
Le nouveau Contrat de ville 2015-2020 bénéficie à une liste restreinte de dix Quartiers politique de la ville (QPV) de la Métropole par le financement d’actions en faveur de la cohésion sociale et urbaine. L’idée est d’améliorer les conditions de vie en matière d’éducation, de tranquillité, de cadre de vie, de lien social en valorisant leurs atouts et potentialités pour les rendre plus attractifs.
Le nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) s’inscrit dans cette dynamique. Il va débloquer des moyens conséquents au bénéfice de trois sites stratégiques en termes démographiques et économiques pour le développement global de l’agglomération.
Ainsi, au cours des dix prochaines années, les habitants des Villeneuves de Grenoble et d’Echirolles, de Mistral à Grenoble et de Renaudie-Champberton à Saint-Martin-d’Hères vont voir leur quartier profondément évoluer.

Il s’agit de projets pensés sur dix à quinze ans, portés au niveau métropolitain (et plus seulement au niveau du quartier et de la ville) et touchant à tous les sujets : rénovation du bâti, des logements, des espaces publics, des équipements publics, des commerces. Ces interventions s’inscrivent dans une vision à long terme complémentaire de l’amélioration de la vie quotidienne (place importante donnée aux volets éducation, emploi-formation, tranquillité, propreté…) pour redonner à ces quartiers l’attractivité qu’ils méritent.

Pour accompagner cette nouvelle étape de rénovation urbaine et concrétiser des projets partagés entre habitants, élus et techniciens, la Métropole assure le portage politique et technique de ces trois projets, en lien étroit avec les villes concernées, ainsi qu’avec l’ensemble des partenaires financiers : Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru), bailleurs sociaux, Caisse des dépôts et consignations, Action logement, Région Auvergne Rhône-Alpes.
Amorcée au printemps 2016 dans le cadre d’un “protocole de préfiguration”, la phase de conception des projets arrive aujourd’hui à son terme, avec un accord sur les grandes orientations d’aménagement et les principaux leviers pour les mettre en œuvre. Pour autant, les enveloppes financières et les calendriers de réalisation restent à finaliser.

Chaque projet a fait l’objet d’un processus de concertation continu et en proximité tout au long de la phase préparatoire.
Avant de signer les “conventions pluriannuelles de renouvellement urbain” qui définiront précisément les feuilles de route, les projets sont soumis pour avis au grand public dans le cadre d’une étape de concertation réglementaire qui va s’étendre jusqu’au 19 février 2018 pour Mistral, jusqu’au 2 mars 2018 pour les Villeneuves et Renaudie-Champberton.
Sur la base des documents mis à disposition et des échanges avec les équipes politiques et techniques, vous pouvez vous prononcer sur :

  • les grandes orientations d’aménagement définies pour chaque quartier : vont-elles dans le bon sens ? quelles sont les plus importantes à vos yeux ?
  • quelles seraient, selon vous, les priorités à donner dans l’ensemble des propositions formulées à ce jour pour répondre aux questions : quelles liaisons entre le quartier et le reste de la ville, quelle place pour les espaces verts, comment simplifier et apaiser les circulations, quelle place pour la requalification des logements existants par rapport aux opérations de démolition-reconstruction, quels soutiens à l’implantation d’entreprises et à la création d’emplois, quels services de proximité…?

Situé en “bout de ville” au sud-ouest de Grenoble, le quartier est caractérisé par son enclavement physique, entre l’autoroute à l’Ouest, le pôle d’activités au Nord, deux grandes emprises scolaires à l’Est et la bretelle d’autoroute au Sud.
Les nombreuses transformations en cours (urbanisme, desserte en transports en commun, projets commerciaux et économiques, associations…) traduisent l’implication forte des acteurs publics. Le tissu de professionnels et d’associations est important pour la taille du quartier, et les habitants sont attachés aux solidarités locales.
Dans ce contexte, le projet cherche à “opérer des rapprochements afin d’abattre les frontières géographiques, culturelles et symboliques qui fragmentent ce secteur”. L’ambition pour les quinze ans à venir est de promouvoir un quartier où il fait bon vivre, au sein duquel on peut trouver des logements, publics ou privés diversifiés et de qualité, des équipements publics et associatifs, des commerces et des lieux dédiés à de l’activité économique.
Le quartier sera au même niveau de développement que l’ensemble de la Métropole en termes social et urbain, pour bénéficier, autant que les autres secteurs, des grands axes stratégiques de développement métropolitain (polarités de développement territorial, schémas de déplacement, trames verte et bleue, plan climat, SCOT, PLH, PLUi…).

Les objectifs urbains prioritaires

Le projet de renouvellement urbain aura comme principale conséquence la diversification de l’habitat, pour passer à terme de 100 % de logement social à 60 %. Il sera incarné par la démolition partielle ou totale de certains bâtiments (césures dans les bâtiments Albert Thomas, démolition des bâtiments du groupe Drac) et la construction de logements neufs dont les typologies et modalités d’accès seront variées. Tous les logements seront rénovés et une partie basculera en accession ou en locatif libre, ce qui étendra les modalités d’accès. Les démolitions entraînant des relogements, c’est l’occasion pour certains habitants de choisir éventuellement un autre lieu de vie et d’avoir ainsi un choix plus large de résidence.

La densité du quartier sera adaptée à son environnement et aux fonctions urbaines visées, il gagnera en ouverture. Ce sentiment sera accentué par le remplacement de certains bâtiments hauts, comme la barre Anatole France, par de petits ensembles de logements. Les logements sociaux seront reconstitués hors Quartiers politique de la ville (QPV), de façon à rééquilibrer l’offre de logements locatifs sociaux à l’échelle de l’agglomération.

Un objectif incontournable est de favoriser le potentiel de développement économique, notamment grâce à l’implantation de commerces en rez-de-chaussée des bâtiments, en requalifiant des commerces existants et en proposant des outils économiques innovants, comme le bâtiment Artis dédié à l’Economie sociale et solidaire.

La rénovation et la construction neuves sont l’occasion de viser l’efficacité énergétique. Par conséquent, le projet a prévu de réhabiliter un grand nombre de logements en visant une qualité BBC+ (Bâtiment à basse consommation). Les constructions neuves seront aussi dans les normes HQE (Haute qualité environnementale). Cette stratégie environnementale contribuera également à baisser les charges locatives.
Quelles que soient les opérations, le projet s’engage à réaliser des aménagements et des programmes immobiliers de qualité prenant en compte les usages, les enjeux de gestion et de sureté et anticipant les évolutions et mutations futures.
C’est enfin celui d’impliquer les habitants, comme acteurs et coproducteurs de leur cadre de vie, et de favoriser leur appropriation des espaces publics.

Situé à la liaison entre le nord et le sud de la ville de Saint-Martin-d’Hères, le quartier est plutôt bien relié au reste de la ville. Une première étape de renouvellement urbain a permis de rénover et de construire de nouveaux logements (Zac Centre, La Plaine – Chanas, Renaudie) permettant plus de mixité et de réaliser des espaces publics qualifiant pour la vie quotidienne (place du marché, parc Jo Blanchon,…).
Pour autant, malgré les actions menées dans le cadre de cette première phase, des difficultés importantes persistent tant dans la qualité résidentielle du quartier (qualité des logements et du cadre de vie quotidien) que dans l’aménagement urbain des différents secteurs du quartier.
Le projet de renouvellement urbain s’est poursuivi avec l’ensemble des acteurs du territoire notamment sur Champberton avec le démarrage de la réhabilitation des logements et sur Renaudie avec la mise en œuvre de la première phase du plan guide d’aménagement des espaces extérieurs.

Les objectifs urbains prioritaires

Il s’agit d’assurer la phase conclusive du projet de renouvellement urbain du territoire. Les enjeux sont de retrouver un cadre de vie apaisé et de qualité et une attractivité du territoire pour qu’il ait toute sa place au sein de la ville et de la Métro.
Pour cela, trois axes stratégiques sont développés au sein du projet urbain.

  • Une stratégie de qualité et de mixité de l’habitat est poursuivie avec des programmes de réhabilitation lourde visant notamment une performance thermique BBC de l’ensemble des logements sociaux et un accompagnement des logements privés. Par ailleurs, l’objectif est de passer de 75 % à 50 % de logements sociaux avec un programme en accession et avec des projets de revente de logements sociaux après réhabilitation.
  • Une stratégie de reconquête des espaces extérieurs et des pieds d’immeuble sur Renaudie et sur Champberton afin de retrouver une qualité d’usage quotidien.
  • Une stratégie de requalification des équipements publics structurants que sont l’école et l’équipement sportif pour favoriser l’attractivité du quartier.

Le projet et ses actions sont développés dans le cadre du Contrat de ville et de ces objectifs de développement social. Une préoccupation transversale forte de concertation avec l’ensemble des acteurs et notamment des habitants est mise en œuvre. D’autre part, l’enjeu de tranquillité et de sécurité du quartier est pris en compte dans l’ensemble des opérations proposées.