Plan communal de sauvegarde

Le Plan communal de sauvegarde (PCS) de la ville de Saint-Martin-d’Hères a pour objectif d’organiser les moyens humains et matériels de la commune pour répondre à une situation de crise. Le PCS est activé dans le cas d’un accident lié aux risques majeurs (séisme, inondation, rupture de grand barrage, tempête, importante chute de neige…). Il permet alors de guider les différents intervenants pour assurer la mission générale de « sauvegarde de la population » qui incombe au maire. La mission générale de « secours de la population » étant quant à elle assurée par les différents services de sécurité civile comme les sapeurs-pompiers.

Le PCS peut aussi permettre de répondre à des situations plus probables comme une rupture d’alimentation en eau potable, un incendie dans un quartier et tout accident ou phénomène qui bouleverserait le fonctionnement habituel de la ville.

Risques majeurs, le savez-vous ?

Les stades de l’alerte

Tout comme le ministre de l’intérieur et le préfet du département, le maire, au titre de son pouvoir de police, alerte et informe ses concitoyens d’une menace ou d’un événement majeur mettant en jeu leur sécurité. Dans ce cadre, les pouvoirs publics mettent en place trois niveaux d’alerte :

  • La pré-alerte, vous informe de la survenance prévisible d’un phénomène dangereux (ex : vigilance sur une tempête, une canicule, …)
  • L’alerte, vous annonce l’arrivée effective d’un danger pour l’application des consignes individuelles de sécurité
  • La fin de l’alerte, vous informe de la fin du sinistre et des mesures de retour à la normale
Il est nécessaire de connaître les moyens d'alerte pour savoir réagir et être protégé en cas de danger (sirènes SAIP, ensemble mobile d'alerte...). Dès celui-ci, mettez-vous rapidement à l'abri dans un lieu sécurisé dans l'attente d'informations complémentaires par les autorités (radios locales...).

Les signaux d’alerte sur la commune

Les sirènes du Système d’Alerte et d’Information des Populations (SAIP)

La ville de Saint-Martin-d’Hères dispose de 2 sirènes du SAIP sur son territoire qui ont pour objectif d’alerter les populations en cas d’un danger immédiat (menace, agression, sinistre ou catastrophe). L’une sur la colline du Murier, l’autre sur le toit de la Maison communale.
Ces sirènes peuvent être déclenchées pour tout type de risque par le Préfet et/ou par le Maire.

Écoutez le signal national d’alerte

Son modulé montant et descendant de 1m41s espacé de 5s répété trois fois. A l’audition de ce signal, la population doit se mettre à l’écoute de la radio.

Écoutez le signal national de fin d’alerte

Son continu d’une durée de 30 secondes une fois le danger écarté.

Les ensembles mobiles d’alerte (EMA)

Les Ensembles Mobiles d’Alerte (EMA) sont des dispositifs, de type haut-parleur avec sirène, utilisés pour diffuser des messages vocaux d’alerte. La police municipale circule avec des véhicules équipés en suivant un itinéraire préalablement établi.

Ce dispositif d’alerte permet de prévenir rapidement l’ensemble des citoyens situés dans une zone géographique ciblée.

Automate d’appel, téléalerte

Aujourd’hui non disponible sur la commune, sa mise en fonctionnement est prévue courant 2017.

La téléalerte aussi appelée « automate d’appel », est un outil pour gérer une alerte groupée dans un minimum de temps sur une zone illimitée.

Ce système permet de diffuser un message à la population concernée par le risque via le téléphone fixe ou mobile, fax, mail…, dans un temps restreint. Les personnes sont donc prévenues individuellement du risque encouru et des principales consignes de sécurité à suivre.

En complément des canaux d’information utilisés par les autorités et afin d’être correctement alerté, il est conseillé, pour les personnes exposées à un risque majeur, de s’inscrire sur l’automate d’appel.

Comment donner l’alerte ?

Ordonnance n°2012-351 du 12 mars 2012 – art. 19 (V) : « Toute personne concourt par son comportement à la sécurité civile. En fonction des situations auxquelles elle est confrontée et dans la mesure de ses possibilités, elle veille à prévenir les services de secours et à prendre les premières dispositions nécessaires ».

  • 112 numéro unique pour les appels d’urgence dans tous les pays d’Union Européenne à partir d’un téléphone portable. Il redirige vers les numéros 15, 17, 18, 115…
  • 15 SAMU pour urgences médicales en agglomération
  • 17 Police ou gendarmerie pour les forces de l’ordre
  • 18 Sapeurs-pompiers pour les incendies, accidents et urgences médicales
  • 115 SAMU Social pour les secours aux sans abris

En cas d’événement majeur, les canaux d’information suivants vous mettent en état de vigilance et vous informent de l’évolution de la situation et des consignes de sécurité à adopter.

Les canaux d’information prioritaires utilisés par les pouvoirs publics

Écouter la radio

Radio France Bleu Isère FM 102.8 ou 98.2
ou sur internet www.francebleu.fr/isere

Consulter les pages internet
de la ville

Sur le site internet de la ville :
www.saintmartindheres.fr
Sur la page Facebook de la ville :
@VilleDeSaintMartindHeres
Sur le Twitter de la ville :
@VilleDeSMH

Consulter le site internet de la préfecture de l’Isère

Sur le site internet de la Préfecture de l’Isère :
www.isere.gouv.fr

Les canaux d’information complémentaires

Sur les conditions météorologiques et vigilance « crues »

Sur l’état des routes

Sur l’état du tramway ou les lignes de bus du réseau TAG

Sur l’état du réseau ferroviaire

Les bons réflexes

Bien que les réponses à apporter varient en fonction de la nature du risque, il existe des consignes de sécurité communes d’urgence en cas d’alerte ainsi que de la conduite à tenir :

Ce qu’il faut faire…

Se mettre à l’abri dans un bâtiment en dur et fermer l’ensemble des issues.

S’informer de l’évolution de la situation.

Respecter les consignes des autorités pour votre sécurité.

Ce qu’il ne faut pas faire…

Éviter de vous déplacer. Ne pas aller chercher vos enfants à l’école. Les enseignants et les éducateurs sont là pour assurer leur sécurité.

Ne pas téléphoner, garder libres les lignes pour les secours.

Ne pas fumer, éviter de faire des flammes et des étincelles.

Qu’est-ce qu’un risque majeur ?

Un risque se définit comme un aléa d’origine naturelle (séisme, montée des eaux, canicule…) ou technologique (lié aux activités humaines), le plus souvent imprévu, susceptible d’entraîner des conséquences importantes sur les enjeux (personnes, biens et environnement).

Un risque majeur est caractérisé par sa faible fréquence et par sa gravité importante. Il met en jeu un grand nombre de personnes et occasionne des dommages importants.

Les risques naturels

La notion de risque naturel recouvre l’ensemble des menaces que certains phénomènes et aléas naturels font peser sur des populations, des ouvrages et des équipements. Plus ou moins violents, ces événements naturels sont toujours susceptibles d’être dangereux aux plans humain, économique ou environnemental.

En savoir plus sur les risques naturels

Les risques technologiques

Les risques technologiques sont liés à l’action humaine et plus précisément à la manipulation, au transport ou au stockage de substances dangereuses pour la santé et l’environnement (ex : risques industriel, nucléaire, biologique…). Comme les autres risques majeurs, ils peuvent avoir des conséquences graves sur les personnes, leurs biens et / ou l’environnement.

En savoir plus sur les risques technologiques

Les risques majeurs sur Saint-Martin-d’Hères

Les risques naturels

Les risques naturels concernent principalement les aléas de versants sur la colline du Murier et le risque d’inondation par l’Isère sur la partie Nord de la commune.

Le phénomène et ses conséquences

Une inondation est une submersion plus ou moins rapide d’une zone, principalement provoquée par des pluies importantes, durables et localisées.
Terre de marais, Saint-Martin-d’Hères a longtemps été victime des inondations et des caprices de l’Isère. Les crues de l’Isère sont lentes et l’inondation survient quand la capacité de rétention des digues est dépassée. C’est un risque localisé au Nord de la commune, essentiellement le quartier Bidal Péri et le domaine universitaire. Le reste du territoire est susceptible de connaître des remontées de nappe (inondation des caves en particulier).

En savoir plus sur…

Le phénomène et ses conséquences

L’événement est brutal sans signes précurseurs. Une crue torrentielle se forme lorsque le débit d’un torrent augmente rapidement suite à de fortes pluies ou à la fonte des neiges. Si le cours d’eau se charge de matériaux solides, les risques de dégâts augmentent.
Sur la commune, ce risque est localisé sur les pentes de la colline du Murier où les petits torrents ont déjà connu des crues qui ont débordé en pied de colline. Les propriétaires de terrains traversés par des ruisseaux sont responsables de leur entretien.

En savoir plus sur…

Le phénomène et ses conséquences

Un mouvement de terrain est un déplacement, plus ou moins brutal, du sol ou du sous-sol.
Sur le territoire communal, deux principaux types de mouvement de terrain peuvent se produire : les glissements de terrain et le retrait-gonflement des sols argileux. Ils ont pour conséquences des affaissements sur les chaussées (ou terrains) et peuvent provoquer des désordres structuraux sur les bâtis ou les équipements.

En savoir plus sur…

Le phénomène et ses conséquences

Les aléas recensés sont : mouvements de terrains (aléas faible, moyen et fort) localisés sur les pentes les plus fortes, crues de torrents (aléas faible, moyen et fort), ruissellement sur versant (aléas faible à fort également), zone marécageuse (aléas faible uniquement).

En savoir plus sur…

Le phénomène et ses conséquences

Un feux de forêt est un sinistre qui se déclare et se propage sur une surface dans les zones boisées. Il peut être d’origine naturelle, dû à la foudre par exemple, ou humaine : soit de manière intentionnelle, soit de manière accidentelle (barbecue, mégot de cigarette, feu d’écobuage mal contrôlé, travaux…). Il peut également être provoqué par des infrastructures (ligne de transport d’énergie, dépôt d’ordure, ligne de chemin de fer, etc.).
Un feux de forêt peut avoir pour conséquences : un danger immédiat pour les populations, l’endommagement des bâtis, des moyens de communications interrompus, les réseaux électriques coupés, des explosions (gaz), etc.
Sur la commune, le risque est fort mais il est circonscrit à quelques petites surfaces de la colline du Murier.

En savoir plus sur…

Le phénomène et ses conséquences

Par son climat, la métropole Grenobloise est concernée par des variations saisonnières importantes pouvant engendrer des risques de canicule, de grand froid, ou encore de tempête, chutes de neige et vents violents… Ces phénomènes météorologiques exceptionnels peuvent avoir des conséquences graves sur l’organisme humain notamment chez les personnes vulnérables (personnes âgées, sans domicile fixe ou vivant dans des bâtiments mal isolés…). Ils peuvent aussi avoir des conséquences importantes sur les réseaux (fluidité du trafic…)

En savoir plus sur…

 

Les risques technologiques

Les risques technologiques présents sur la commune s’expliquent par la présence d’axes de communication importants empruntés pour le transport de matières dangereuses, la présence d’activités industrielles sur le territoire métropolitain et la présence de barrages en amont de l’Isère et du Drac.

Le phénomène et ses conséquences

Le risque de Transport de Matières Dangereuses (T.M.D) est consécutif à un accident se produisant lors du transport de matières dangereuses (substance inflammable, toxique, explosive, corrosive ou radioactive) par voie routière, ferroviaire, voie d’eau ou canalisation. Une matière dangereuse, par ses propriétés physiques ou chimiques ou bien par la nature des réactions qu’elle est susceptible de mettre en œuvre, peut présenter un danger grave pour l’homme, les biens ou l’environnement.

À Saint-Martin-d’Hères, les matières dangereuses transitent par trois types de transport :

  • par camions sur l’ensemble des axes routiers en particulier la rocade sud et les principales routes départementales et nationales mais aussi sur l’ensemble du territoire (livraisons d’hydrocarbures dans les stations service, livraison de produits chimiques dans les entreprises…)
  • par wagons sur la voie SNCF Grenoble-Chambéry qui suit prioritairement la rocade.
  • par la canalisation enterrée de la SPMR (Société des pipelines Méditerranée Rhône) qui traverse la ville du sud-ouest au nord-est et transporte des hydrocarbures.

En savoir plus sur…

Le phénomène et ses conséquences

Une rupture de barrage correspond à une destruction partielle ou totale de l’ouvrage et entraîne la formation d’une onde de submersion ; celle-ci engendre l’élévation brutale du niveau de l’eau à l’aval, voire un gigantesque torrent.
Le territoire communal est concerné par l’onde de submersion définie dans le cadre des PPI de dix barrages en amont : Verney, Chambon, Grand Maison, le Sautet, Monteynard, Notre Dame de Commiers, Roselend, Tignes, la Girotte et Bissorte, tous situés dans les départements de l’Isère et de Savoie.
Le plus important des barrages est celui de Monteynard. C’est celui-ci, ainsi que le barrage de Tignes, qui impacterait le plus Saint-Martin-d’Hères en cas de rupture.

En savoir plus sur…

Le phénomène et ses conséquences

En cas d’accident sur un site ICPE (Installations Classées Pour l’Environnement), il est possible d’observer, comme pour un établissement industriel (chimique ou pétrochimique), des conséquences pour le personnel, les populations avoisinantes, les animaux, les biens et/ou l’environnement.
La base de données des installations classées soumises à autorisation du Ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer, recense aucun ICPE en activité sur Saint-Martin-d’Hères. La Chaufferie du CCIAG de la Poterne, localisée sur Grenoble impacte également le territoire communal.

En savoir plus sur…